dimanche 10 juin 2012

Ekpyrosis : Ein Ewiges Bild

Facilement un des disques de black metal qui me tiennent le plus à cœur et que je dégaine le plus facilement quand d'aventure on m'en demande à conseiller ; sans doute facilement imputablement à la quantité de cold-wave, de Joy Division et de Brave Murder Day, qui l'infuse ; et pourtant je le vois - et le range - comme un album de black à son état le plus pur, aux côtés des albums de Trelldom, dont il a la rigueur, de tempérament, de température, d'intempérie, le dénuement guerrier et sans amabilité, érémitique, montagnard, d'ailleurs la pochette, sa glorieuse raréfaction, saisit autant l'appareil respiratoire que celle de Til Minne..., autant que ces riffs d'apparence peu nombreuse, peu variante et peu brillante, peuvent saisir de teneur épique pure, mordante comme l'air pur et froid, figeante, immortelle - ewiges, Immortal : forcément il vous faudra rien qu'un peu admettre de grandiloquence nordique pour entrer ici, mais on ne vous en demandera pas plus que ce minimum esthétique constitutif, pas de fétichisme pour la saga chevaleresque, le casque à cornes ou quoi que ce soit de rocambolesque requis, simplement une oreille ouverte à son appétit de solitude sauvage, de sensations monacales rustiques et ébouriffantes. Sans cela, probablement l'album vous mettra-t-il à la porte de chez lui par la seule obtusité de mur de son laconisme amer, tel Gaahl dans la version intégrale et contextualisée de la célèbre séquence vidéo.

Aucun commentaire: