vendredi 15 juin 2012

Integrity 12/06/12, Where the Wild Things Are

Autant ne pas raconter de balançoires, je connais mal ce groupe. C’est donc la fleur au pédoncule que je pénètre dans une petite salle raisonnablement remplie où l’un des gratteux achève ses réglages sur les accords de "chase is better than the catch". C’est bientôt l’heure de descendre à la mine. Le chef d’équipe est un grizzli en sortie d’hibernation prématurée dont la voix rentrée, cassée, ne bougera pas d’un iota. Derrière, ce qui pourrait être sa progéniture besogne en profondeur dans l’obscurité, engins de forages au taquet. Riffs saignants, volées de double pédale, une youth crew s’improvise et les gamins se succèdent pour gueuler dans un micro que le boss partage volontiers. Qu’est-ce qu’il disait le boss, déjà ? "There are those who know and feel what I am creating, and there are those who only hear loud music". Peut-être que l’absence de modulation de son chant prévient toute crise mystique, écarte toute vision de cité chtonienne mais, même s’ils sont loin d’être des bûcherons de plein air, le rendu ne m’est pas plus occulte qu’un horoscope de Télé 7 Jours.  
Il n’empêche, un très bon set : recommandé !

Aucun commentaire: