mercredi 13 juin 2012

ZDRI : démo

On a forcément un peu peur, soyons honnête, lorsqu'un lecteur, aussi fidèle et fin de l'oreille fût-il, vous propose ses œuvres, d'autant plus, dois-je rappeler mes préventions personnelles, lorsqu'elles sont annoncées instrumentales.
On la ravale vite, croyez-moi, sa peur, et quelques autres trucs avec aussi, que ce primesautier petit machin envoie dans les dents. On ne va pas épiloguer inutilement : cette preste démo de trois morceaux inspire trois mots à son écoute : oh, pu, tain. Que l'on préfère le mot groove ou swing ou flagellation publique pour qualifier ce stoner-fusion-crossover-thrash-math à calbute apparent, on va forcément, et grossièrement, namedropper  Clutch, Megadeth, Corrosion of Conformity, Meshuggah, Infectious Grooves, RATM, et ma référence fétiche lorsqu'il s'agit d'évoquer une partoche pour film aussi imaginaire que mouvementé, carnavalesque et élégamment gangster : Steroid Maximus - non, ZDRI n'ont pas de cuivres. Il s'agit surtout par ce moyen de vous tenir pour assurés que ce petit, trop petit quart d'heure d'agitation passe, le cas est rare, aussi bien dans le frais du petit matin pour m'accompagner au turbin, que pour m'en exfiltrer sept heures plus tard sous le cagnard septimaniaque - aussi bien en fessée qu'en cocktail, en somme.
En vertu de quoi il est fermement préconisé par la commission ci-réunie, que les auteurs des faits persistent dans cette voie aussi dru qu'ils le peuvent, afin notamment de nous mieux faire connaître un caractère que l'on devine à n'en pas douter mais peine à définir, dans l'étourdissante et expéditive rouste qu'est ce western hilare où la gachette est la moelleuse brutalité de la batterie et où les riffs découpent de généreux steaks, avant que d'en servir dans la foulée la tourneboulante sauce ; même pas sûr qu'ils aient urgent besoin du chanteur qu'ils cherchent.

Aucun commentaire: