mardi 10 juillet 2012

Enochian Crescent : Nef.vi.lim

Ah oui tiens, du black metal. La période estivale s'y prête finalement assez peu en temps normal mais enfin, comme le fimbulvinter semble installé, why not ? Si le terme de folie est trop souvent galvaudé dans un genre tout en bracelets cloutés et peintures, pour une fois il n'est peut-être pas si inapproprié. Une grosse messe noire célebrée dans un HP, voilà ce que le disque m’évoque, la faute probablement à une voix mixée un peu trop en avant et à des breaks waveux qui témoignent bien d'une petite araignée au plafond. Un groupe assez peu mentionné dans les soirées entre gens de la haute, la faute à des pochettes hideuses (à l'exception de celle-ci, et encore on peut en discuter) et des titres incompréhensibles en suomi qui certainement n'aident pas à la promotion de cette noire chose. 
Car en ce qui me concerne, c'est bien simple, n'importe quel mot en finlandais semble être le point de départ d'une manche des chiffres et des lettres.

Meilleur moment pour écouter le disque: devant son armoire à pharmacie.

3 commentaires:

gulo gulo a dit…

vérifications faites, j'aime hélas que la pochette, je me permets donc de te l'agrandir

Little-Axe a dit…

oui j'aime bien quand tu me l'agrandis. blague à part c'est pas mon disque de chevet du moment, mais comme toi avec merrimack j'en attendais tellement rien que finalement...

MoizBassTard a dit…

Je ne suis pas assez maso pour m'enfiler cet album alors qu'un de leurs précédent était une horreur sans nom, et j'étais dans ma période (true) black.
Bien fait pour vous si ça vous fait mal: j'aime pas souffrir seul