dimanche 8 juillet 2012

A Place to Bury Strangers : Worship

C'est vraiment DÉCIDÉMENT dans le vent de se découvrir un petit cœur de corbeau, par les temps qui courent (et changent).
Hélas, tout le monde n'est pas Andrew Weatherall, et de même que dit-on le Capitole avoisine périlleusement la Roche Tarpéienne, lorsqu'on s'aventure dans les eaux grises de mon âge tendre, le risque d'U2 n'est jamais loin - et eux n'ont jamais été aussi bons que lorsqu'ils ont pris le large pour découvrir le Far-West.

En même temps, on me dira avec raison que je pousse le vice : qui peut sérieusement croire qu'un disque de cold-wave aurait élu domicile sous pareille couverture ? Sans même parler d'un bon disque de cold-wave...

Aucun commentaire: