samedi 4 août 2012

Morbid Angel : Mer Il Et Fou - The Remixes

Tiens, j'avais oublié d'en toucher un mot - je vous refais pas le pitch à la façon de mon papa, tout le monde sait à quoi s'en tenir : avec deux cd plus une carte de téléchargement, ce qui nous fait dans les quarante pistes, sachant que l'album qui sert de matériau brut n'en compte qu'onze et qu'ils ne sont même pas tous utilisés ici : les objecteurs de conscience à Mouloud Insanus auront passé leur chemin de toutes les façons, et le seul motif de lire ceci est parfaitement trivial et mathématique, les albums de remixes étant ce qu'ils sont : (boudu, ça fait six points !) y a-t-il présentement assez de bon matos pour que je mette mes pépettes dans cette surboursouflure patente ?
Forcément, dans une grosse poule pareille, il y a des espoirs, des surprises, des découvertes, des hold-up, des déceptions. Laibach comme de juste vrille dans l'extravagance viennoise, monumentale, réjouissante, hallucinée. Treponem Pal, c'est dans l'actu, donne dans le hammam dub harassant, validé. Blackstrobe tape dans le digital death metal, les rythmiques en y regardant de plus près sont peut-être bien légèrement overdrive, mais on baille. Punish Yourself, qui n'avaient paraît-il jamais entendu d'In Slaughter Natives avant ça, en donnent une troublante et miraculeuse réinvention, flamboyant tout ce qu'il y a de plus élégamment. Kevin Crompton assure une des grosses prestations, comme c'était quasi-assuré, truc feuilleté-syncoupé en tranches psyché-ebm processionnaire sans pourtant perdre la pilosité d'Angèle, on valide également. Ahnst Anders donne envie d'écouter son ambient sortie sur Ant-zen, c'est pas forcément à faire de toute urgence, mais faire de l'ambient (ok, dark electro ambiancée) avec Morbid Angel, nuff respect j'veux dire. Project Pitchfork fait sourire. Igorrr malgré un intitulé de feu s'en sortirait bien mieux avec ses propres riffs, là il nous fait le remix typique de l'exercice, remaniement contractuellement reconnaissable, qui n'amène rien et ne fait pas œuvre, kif-kif Black Strobe même combat. Tamtrum se friseraient presque avec la moustache attendue et le feeling Las Vegas qui va bien, mais hold-up ! on a cru un peu plus tôt dur comme épinard les reconnaître, vivent les écoutes à l'aveugle, dans une prestation commencée tout en basse droit sortie du Queen, beat deep-house discoïde versatile et nerveux, voix filtrée - "too extreeeeeeeeme" du fond des chiottes - piano et tout le costard de merlan, qui se trouve en réalité être l’œuvre de Mixhell (hein ?) : paye ta tournée de vodka-perrier, Trey, mon con ! D'ailleurs pendant qu'on est dans les plans capitaux de la capitale,  plus loin on a Metallyzer aka John Lord Fonda (qui ?) qui nous met Daft Punk et The Prodigy pour le même prix, avec le chant harmonique d'Evil  D ça n'a pas de prix, respect is burning. Et lors de la même session d'écoute à Perpignan, loin de mon boîtier, j'ai pris pour la prestation de Mondkopf cette formidable démonstration de dark happy-hardcore qui s'envole dans l'eurodance emo-extatique avec beat métamorphe au tournant - qu'il faut pourtant bien attribuer à Evil Activities (qui ??). Mondkopf qui, reconnaissons-le pourtant, s'en tire bien pour sa part, un truc sobre, lancinant et indus, qui décèle bien le bon jeune, qui a autant bûché son Dive et sa vieille cold belge que son beumeu moderne. Black Lung fait son cirque, chelou, corrosif, mental, ça joue, difficile de critiquer mais difficile de s'affoler autant que pour ses vieux albums (ils sont pas encore faits ici, eux ?), difficile aussi de piger ce qu'il a voulu faire ou s'il a juste été mal servi par la matière première. Malakwa (mais qui ??) met le feu, pumpe sa mère et déraille juste ce qu'il faut - ce qui détend bien les sphincters à tout le monde - ce "Sat'-Sat'-Sat'-Sat' !" uuuuultra-jumpy, mon dieu ! Synapscape remet le feu mais surtout le surrégime polyryhtmique new-jack et moustache en kevlar, prévu mais bienvenu, ça passe la rampe facile. Olivier Chessler nous sert un truc minimal, monotone, pas démonstratif, pas rassurant, hypnotisant : normal ; un peu comme les deux bons morceaux de son dernier album de revival electro chiant ; c'est bath. Xytras (probablement le gars de Samael) a de bonnes idées par-ci par-là, de la moustache lui aussi, et des moments de mou.
Je vous passe le tableau de tous les tâcherons dubstep/gabber (c'est pas peu ou prou la même chose avec pas le même dealer ?), on en connaît aucun, y en a même des bons sur le tas - mais surtout des mauvais, et aussi des fatigants ; à la fin on les confond un rien avec les tâcherons electro brun-brun eux aussi de sortie - Chris Pohl, Nachtmahr (sympathiquement tarlouze), Tim Skold (oh merde ...), Brain Leisure qui surprend très agréablement, pour un nom surgi des entrailles du passé de la scène strasbourgeoise, avec une sorte d'interprétation sautillée-fouettée-olé! du topo Leaether Strip/Champs Elysées traditionnel, parfaitement kitsch, et qui au final est une des choses les plus entêtantes du disque ; HIV+, que j'ai pareillement toujours snobés livrent un ma foi fort joli fouillis gluant et intoxiqué ; Micropoint claque mais ennuie bien vite, sans surprise. Toxic Engine pétille assez dégueulassement mais fait péter de sympathiques boom-basses et des beats frétillants, on laisse couler.
Pour la download card je vous fais pas le powerpoint, j'oublie tout le temps de l'écouter.
En somme on s'amuse bien, même si l'on n'écoute jamais ne fût qu'un des cd d'un coup parce que faut pas déconner, y a grosso modo quatre morceaux qui se battent en duel et la si particulière voix de Monsieur Vincent devient méchamment urticante à pareille dose de bégaiement, tout comme ces riffs bourricots, d'ailleurs j'espère bien que ce billet est aussi abrutissant et grouillant d'informations inutiles que ce triple album et que vous avez perdu vos comptes - mais on s'amuse de bon cœur, on prend du bon temps et même par endroits un plaisir réel. Faites vos trucs apothicaires, maintenant. Pensez tout de même que ce sera (à moins que non) le seul album de Morbid avec un glorieux smiley en couverture.

Aucun commentaire: