jeudi 2 août 2012

Treponem Pal : Survival Sounds

Parler céans d'album de la maturité de Trepo serait, comme on dit aujourd'hui, balotelli, et s'exposer à devoir parler de la mienne, de maturité : il ne fait de doute à peu près pas, sans même vérifier les dates, qu'à l'époque des albums Eléphant et 4-Way Diablo, que j'étais trop roide, au choix sur de certains principes industrigoths ou sur de certains principes relatifs à ce qu'a le droit ou non de faire l'auteur de ma fessée "Pushing You Too Far" un lointain soir des années '90 sur MTV.
Pourtant qu'elle est belle la tentation, tant ils semblent beaux les Trepo, à de la sorte harmonieusement et sereinement marier leur carnivore trance des années historiques (les gars, c'est à la limite du loyal, de planquer dans le cristal sous le disque le crâne en mosaïque que l'on reconnaît dans l'instant avec un spasme...)  et cette veine d'après qui mêlait, moi-même à les réécouter des années après j'en fus titillé, une sorte de tuning-ringardise empruntée à KMFDM (celui qui fredonne get up, get on up), et leur chères musiques basanées (mais déjà dans le clip de Pushing...) moite - c'est moi ou ce dragon a une trompe ? Le coup du crâne sérieux, tout seul ce serait le carton rouge qui pend en goutte au nez des vieux escrocs, mais vu par quoi c'est appuyé en l’occurrence ... Le gigantesque machin au micro est dans une forme des grands jours, non seulement à donner, je l'ai toujours pensé mais cette fois tous le verront, des leçons à un certain Franz auquel il fut toujours par trop comparé, mais carrément à en coudoyer un certain Layne, et pas dans ce pour quoi on l'invoque si souvent en vain, plutôt les vicieuses inflexions goth-ghost-boogie du délicieux premier album, il howle comme un Glen de Louisiane (après tout, l'accent français ça fait cajun, non ?), il glisse d'Andy Cairns à Nick Cave, il prend de virils accents new-wave à en rappeler l'autre va-nu-pieds des anitpodes, il raclasse comme au bon vieux temps, il hulule, il enjôle, il aboie ; et c'est juste, car cet album avec ses moustaches dancefloor-metal élégamment mécanisé, son blues étincelant et ses puissantes ondulations dub réussit à porter superbement le stetson du hardos à l'ancienne, et encore à sonner tout à fait vénéneux par-dessus le marché... comme se doit et est-on en droit d'attendre de nos bons vieux grigous de Treponem Pal. Je vous jure, ils en auraient presque des airs de Christian Death faisant la teuf sur un hovercraft dans les Everglades à la nuit tombée en mode Supervillain Outcast, Anaconda Sound System, quelque chose de frappant, que même Motörhead meets Killing Joke ne serait pas suffisant, quelque chose qui réjouit, impossible de s'imaginer ça comme l'une de ces tentatives back-to-basics qui veulent dire cœur-de-cible : quelque chose les a pris par le fond du calbard  et les a catapultés gaiement derechef dans leurs propres cieux, et puis c'est tout. Un peu à la façon de Stephen Bessac il y a une paire d'années, on a le sentiment qu'ils ont enfin trouvé le coup pour jouer la petite musique qui leur tourne depuis toujours dans la tête.
Des vieux qui s'envoient en l'air : la recette d'un grand disque qui s'impose dans la simplicité - je ne vérifie pas les états civils et de service des prévenus, il y a sûrement des jeunes dans l'effectif, mais je ne leur en veux pas, puis ça s'entend presque pas.

3 commentaires:

BBB a dit…

Merde, je suis impatience maintenant!

Syn-Anton a dit…

" EXCESS TRANCE ROCK’N ROLL ORGASM 2012 "
TREPONEM PAL PRÉSENTERA SON NOUVEL OPUS "SURVIVAL SOUNDS", FAST FORWARD TO THE ROOTS !

WELCOME A TOUS LES ROCKERS !!!! INDUSTRIAL FREAKS, METALLERS, PUNK ROCKERS, HEADBANGERS, GOTHS & DARK FANATICS, NEW WAVE ADDICTS ...........
LE GROUPE SERA LÀ AU GRAND COMPLET POUR ACCUEILLIR, ÉCOUTER ET KIFFER ENSEMBLE CET ALBUM DE FURIE !!!!

AU BLACK DOG
26, Rue des Lombards – 75004 Paris
M° Châtelet / Les Halles
http://www.blackdog-bar.com/

INVITEZ TOS VOS AMIS !!
SPREAD THE DISEASE !!!!!

Syn-Anton a dit…

le 7 SEPTEMBRE à 21H (pour tout vous dire)