vendredi 28 septembre 2012

Fistula : Loser

Visiblement, il existe encore des gens pour qui le procédé du "bain de basse" veut encore dire quelque chose. De ce point de vue, Loser est de la famille de Streetcleaner, du moins de sa récente version révision des 100000 (bars) - c'est à dire l'armoire à pharmacie des disques dont l'écoute peut causer un peu plus que la nausée.
Cependant, Loser est aussi un disque de grind, et pour m'auto-citer tel le muffle que je suis, comme bon nombre de bons disques de grind, c'est un disque de sludge. Un bon. Tartinez donc vous-le me-le sur le museau, avec autant de goudron que vous en pourrez, à n'importe quel stade de viscosité, mangez-en à loisir et à volonté ("volonté" dans un billet sur le sludge, non mais je vous demande un peu ...), rarement sensation de sable sous les dents aura été aussi suave comme un camembert et satisfaisante, aussi dubitable soit-il que le sable en question ne soit pas simplement fait des dents-elles-mêmes... Ah, ce bon vieux sludge, ça faisait une paye !

Aucun commentaire: