dimanche 16 septembre 2012

Our Roots : Allegory of the Cave

Our Roots joue vite, Our Roots joue du fastcore, Allegory of the Cave dure onze minutes, on y pense autant à Kickback et Damad qu'à Crass ou à Tinner, pour tout dire en fait on pense à The Body, parce que mine de rien ces petits cons de va-nu-pieds marseillais débordent à gros bouillons sanguinolents d'une furie d'enfant débile élevé parmi les chiens, qui touche à l'hallucinatoire, sans tralalas ni trémolos, t'as qu'à voir ils glissent même au passage le célèbre extrait du dialogue entre Braddock et Little John, avant d'enchaîner sans ni tortiller ni sourciller sur du riff noisecore ulcérigène tout ce qu'il y a de sur-galvanisant et tétanisant, mais ça ne traîne pas, on a pas le temps, la tarentelle punk de purge et de saccage ne peut jamais s'arrêter, comme l'incendie elle doit dévorer, et elle ne peut durer longtemps non plus du reste, le carnage se consume de lui-même car bien vite tout est calciné et déchiqueté, en fait Allegory of the Cave est juste un peu la version tout en nudité et en violence couleur passe-muraille, façon Naked, de The Great City, rien que ça. C'est déjà terminé ? Bouducon ... Il vient de se passer quoi, au juste ?

Aucun commentaire: