mercredi 31 octobre 2012

Stagnant Waters : Stagnant Waters

En veux-tu du black décadent - du post-black ? Satan est mort, je te ferais dire, si jamais des fois que certains ont toujours pas intégré 666 International ... d'autres l'ont bien percuté, je vous prie de croire. Le post-black c'est pas ces machins miévreux encore plus nouilles que l'Under the Sign of Hell qu'ils sont supposés enterrer - avouons que c'est quand même drôle, ces chevelus allergiques au hardcore par devoir, et qui souffrent dans leurs rangs de la même peste post-rock fleuriste que le hardcore - enfin, si on imaginait que le post-hardcore avait à voir avec le hardcore ... bref.
Stagnant Waters, comme black mental, ça se pose là - forcément, avec à bord de la nef des fous un type de Pryapisme, et Zweizz (de Zweizz ... et qui participait à la mise à mort citée ici en préambule : ça aide) - et un Camille, qui forcément au milieu de ces deux-là, ne trouve plus que le rôle du mec normal, et assure la partie commando du taf avec une efficacité implacable ; le truc auquel on pense invinciblement, lorsqu'on est incliné à toujours penser à des trucs, c'est les vieux Venetian Snares, ou Aphex Twin comme on croit que c'est lorsqu'on lit des trucs dessus et comme c'est hélas jamais - Venetian Snares, donc. En beumeu, vous voulez ? ... Or about How to Philosophize with a Hammer, si on veut, ou All the Waters of the Earth Turn to Blood remixé à 800 bpm par Doormouse ; et Foetus et Sielwolf embourbés dans le marécage de Wold, rongés par le fréon et les stroboscopes. Il faut essayer d'imaginer une chose qui a et la violence insane de Robinson, et la grâce de valseur de ... Pryapisme, justement, c'est bien leur charme, leur élégance d'assassin dément que l'on reconnaît ici, dans ce paysage mécanique insensé, dans ce transept cruel et hérissé de mille scies, herses et pals, où 1349 virevolte avec redingote et haut-de-forme, le cerveau en chiffonnade de parme. Stagnant Waters, en fait de black, tient plutôt du blafard, celui de Metropolis et de Haus Arafna, celui du talc sur la face d'un Heath Ledger mort et largement refroidi, celui des cendres froides et de la Lune congélatrice qui éclaire les Nidingr, les Jumalhämärä et les Spektr (d'ailleurs, je vous le dis en confidence, le groupe devait à l'origine s'appeler Stagnantr) - et en fait de mathématiques, d'une méthode du tranche-gorge considéré comme un des beaux-arts.

Aucun commentaire: