lundi 19 novembre 2012

Pig Destroyer : Book Burner

Batterie NFL-grind ahurissamment musculaire, riffs touche Slayer pour golgoth-motard tout enduit de goudron, ce Book Burner à la fois crade et plastifié a tout de la bande originale pour un Natural Born Killers remanié avec Ranx Xerox dans le rôle-titre et pas de gonzesse (Kat de Salome ça compte pas c'est un animal) ; et un synopsis écrit par Chuck Palahniuk.
Mais probablement suis-je un brin influencé par la lecture de la nouvelle incluse dans l'édition deluxe - bien plus appréciable que le second cd de reprises hardcore old school également adjoint. Bref ce disque donne envie de monter un gang de semi-remorques à moteur tri-turbo-compressé avec des photos gonzo floquées sur les chromes qui dégueulent de partout, et de tailler la route dans ce futur sauvage, avec la langue à la portière, en hurlant des trucs de beauf avec des yeux révulsés et une seringue d'anabolisants dans l'aine.

1 commentaire:

Balti a dit…

À chaque fois que j'écoute un nouveau Pig Destroyer, ça me donne envie de réécouter Branleur In The Yard, avec son mix pourri, son mastering à l'arrach', sa collection de riffs tueurs, sa batterie pleine de feeling, ses voix de tarés et ses textes poétiques de post-ado ricain frustré du zobi.

D'un point de vue prod' et compo ils ont fait mieux, mais je ne retrouve jamais la même ambiance, comme s'il avaient perdu un truc en route. Leur jeunesse, peut-être.