jeudi 20 décembre 2012

Andy Stott : Passed Me By / We Stay Together


Comme qui dirait que mon Beko DSA 25012 est devenu le dernier club à la mode pour les extrémistes de l'after, et qu'on y passe une version judicieusement chambrée d'un autre double album, le album définitif de la hardhouse d'after. Simplement, la présente sauterie est cette fois vécue depuis la vieille barquette en polystyrène, sous le plissé chuintant du film alimentaire, avec la souplesse du rôti froid. Laquelle a au bout du compte peu à envier à celle des lombes et des jambes des illustres piétineurs du petit matin, aux petites heures. On y est bien, dans mon Beko, on y entend ronronner les basses de la bombinette de fréon, et chuchoter les sauces qui tout doucettement se gâtent, les fruits qui passent de date... On y soulage ce manque que j'ai si mainte fois ressenti de ce qu'il faudrait d'angélique soul pétrifique dans la musique industrielle... La redescente a toujours été partie constituante du voyage, et pas la moins cosmique, aussi anti-émotive fût-elle comme ici, la congélation de l'âme a même toujours été le passage qui me remplissait le plus d'horreur sacrée. La voici à son sommet de pimpitude impeccable.

Aucun commentaire: