lundi 7 janvier 2013

Introverted Violence : At the Heart of the Fall

Plus noisy, à moins que ce ne fût plus rugueux, qu'avant, qu'était-ce déjà que me disait une paire d'heures avant d'ouvrir pour Morgue et Monarch! leur beau gosse thug-goth de chanteur à propos de ces quatre nouveaux morceaux ? Groupe grungey, nous disait un quidam croisé une nuit tandis qu'avec mon associée nous collions à tour de bras les affiches pour ledit concert. Danzig, swamp et les Cramps, tenais-je mordicus à placer dans mon laïus commercial copié-collé à longueur de forums, pour annoncer ce même concert. Chacun trouve-t-il midi à sa porte quand il s'agit d'Introverted Violence ? C'est qu'il y en a, du piment à trouver chez eux. du grunge assurément, et du saturnien surtout, pas de chiqué dans les dégaines de leurs deux Hazard County Girls de musiciennes ; de la cold de toute évidence autant qu'ils en revendiquent, ne serait-ce que dans cette lourde basse qui doit être la seule chose que j'ai entendue du concert, surmené que j'étais par l'encaissement de 126 entrées à la file (on parle goth, je crâne, logique) ; et, massivement, un hardcore blues aussi urbain que nocturne, une sorte d'Unsane qui aurait la silhouette dégingandée de vautour converti à la viande fraîche du sus-nommé guitariste au gosier brûlé. Du coup, nous v'là avec un fort charmeur petit disque de punk de coyote errant, de cold vénérienne aux capiteux effluves de Louisiane nocturne, et qui ne demande qu'à être connu plus en profondeur et en longueur.

Aucun commentaire: