mardi 8 janvier 2013

Wiccans : Field II

Ecoute, Wicky... ton adversaire, là...je connais bien ce genre de mi-lourds, il en sort par paquets d’douze des salles de boxe. J’en ai plein la corbeille de mon disque dur : ça frappe fort, ça frappe vite, ça soulève de la fonte du soir au matin, ça s’overclock sur des poires de vitesses mais ça n’a jamais vu une corde à sauter. Des brutes statiques gavées de chimie, tout juste bonnes à combattre des sacs de frappe. Aucun liant, aucun jeu d’jambe, aucune générosité, aucune précision. C’tout raide… c’tout guindé…non mais regarde, il a fait un triple-nœud à son short…Et puis, au-delà de cinq rounds, l’bestiau, il tient plus la route. Alors voilà, tu vas nous l’cuire à l’étouffé, vieille école, pas de précipitation, toujours en mouvement, hop, hop, toujours dans l’tempo: accélérations, ralentissements, enchainements, hop, hop, hop. Tiens-le à distance, hit and run. Qu’il transpire comme une bourrique. Qu’il mouline comme un glandu jusqu’à ce qu’il s’épuise… qu’il s’impatiente… qu’il se découvre… et là, Wicky… tu laisses parler ton flair…ton talent…



DONG.....Allez fils, montre c’que tu sais faire…

Aucun commentaire: