lundi 18 mars 2013

God Seed : I Begin

Forcément, que ce disque a choqué - moi le premier, quoiqu'il fût fait pour mes pareils, mais sans doute l'attente avait-elle été trop longue... Forcément qu'il a paru incongru, avec ses riffs de marque Gorgoroth immanquable repêchés chez Cash Converter, et son omniprésent nappage façon Enslaved de pâtisserie chinoise de la rue Feaubourg du Temple... Mais après tout, et après toute cette attente, I Begin n'est-il pas tout ce qu'on attendait et juste la continuation de ce que Gorgoroth a eu de mieux à offrir, à savoir Gaahl et King dans leurs œuvres, et nommément l'anomalie Incipit Satan, et après tout ce dernier lui aussi n'a-t-il pas tout d'abord été la cause de violents rejets gastro-œsophagiens ? Oui, on retrouve ici certains des meilleurs riffs d'icelui et de son tout juste vassal Ad Majorem, et alors, ne leur appartiennent-ils pas (puisqu'à ce qu'il apparaît la diaspora Gorgoroth est devenue une affaire de partage des biens) ? Cet album n'en devient-il pas ainsi la jonction des deux meilleurs albums de Gorgoroth, de la furie de harpie d'AMSG et de la fourbe farfeluterie d'Incipit ? Dame, les deux outlaws ont manifestement eu les coudées enfin franches pour aller encore plus loin, donc : du chant en norske à qui mieux-mieux, de l'electro-ambient trippy-hoppy, des saupoudrements d'ambiance byzantine à la hauteur du dernier Weapon : enfin en somme l'album de heavy-beumeu digne de la coupante et autoritaire fantasquerie du délicieux monsieur Espedal, que l'on a beaucoup de plaisir à constater à la fête et vocalement décidé à le manifester... Attendez, mais hé ! ce serait pas leur meilleur album des fois ? Sans doute pas, mais voilà enfin God Seed parti ainsi qu'on l'espérait : pour nous donner de grandes choses.

Aucun commentaire: