vendredi 22 mars 2013

Iceage : You're Nothing

Iceage sont tout ce que Frustration ne sont pas : des gosses. Donc tout au plus des animaux, guère davantage que des disques durs externes doués de locomotion. Aucune maîtrise chez eux de ce qu'ils font, tout est sur le même plan : Confusion is Sex et Dirty, The Stranglers et The Horrors, At the Drive-in et Fugazi - et pourquoi pas après tout ? N'écoute-t-on pas la musique pour se faire peur, pour se faire embarquer, pour croire à la magie en la touchant de toute la paume - pour tout sauf pinailler avec objectivité, mesure, perspicacité et bon sens ? Je n'aime pas hurler au hipster, et pourtant il faut bien reconnaître que certains disques taquinent le vice en nous - exemple au hasard, le premier album d'Iceage, dont la furie en bouteille de lotion secouait juste assez les guiboles pour se traîner d'installation en installation tout en minaudant sur un macaron nuoc-mâm/speculoos. Cette fois, on cesse assez vite même de se demander si c'est réellement punk ou bien pas, parce qu'Iceage a réussi, avec une arrogance de calibre Icarus Line mais au reniflement encore pimenté par ce fait que leur morve à eux est gelée, à faire un très solide et préhensile disque de pop. Ou de rock. N'importe.

Aucun commentaire: