dimanche 21 avril 2013

Deuil : Acceptance/Rebuild

L'anti-Altar of Plagues - pour qui je professe un respect sincère, hein, qu'on ne se méprenne pas - la preuve que rien ne sert de chercher la nouveauté, et à jouer des trucs "malins" comme si on était dans un épisode de Top Chef. Deuil, je l'ai pensé avant même de me rappeler leur nationalité, ont une qualité rare qu'ils partagent avec AmenRa : ce don pour jouer une musique non seulement simple mais balisée, mais la jouer de façon simple, modeste, sans chercher à monter l'ego en neige dessus à vigoureux coups de poignet, et en comptant simplement, c'est beau, sur la sincérité intense de la composition et de l'interprétation. Oh, ce n'est pas tout à fait Burzum non plus, ni votre groupe de blackened slowcrust le plus générique signé chez Greg Anderson, on est tout de même davantage dans le registre des maladies orphelines, là où errent les solitaires tels que Sieghetnar, Drear, Nox Inferi, Vrolok, puis ils ont également d'autres arguments, tels une humeur négative particulièrement défaitiste et torpilleuse d'humeur - merde, je repense à AmenRa du coup, mais il faut savoir le prendre comme un compliment - douloureuse jusqu'après l'épuisement, ainsi que peut l'être Buried Inside, et sereinement appuyée par un grain à la limite de l'industriel contemplatif, avec cette saturation-laminoir source de paix similaire à celle de Primitive Man, et dans laquelle on finit par reconnaître une douce lumière, plus que dans les épars chants de gorge rituels plus ou moins toundra-friendly ; vous me direz, comme à ma triste habitude, je n'ai fait qu'établir un rapport de conformité avec les intitulés du disque, groupe et titre (il y a deux morceaux sur la présente démo, vous devinez leurs titres ?). Eh bien oui, ce qui n'est pas peu en cette ère de patronymes monosyllabiques ou quasi et pseudo-coup de poing en kyrielles : Deuil tout comme Verdun se montre à la hauteur de son nom honnête et direct (le français ça aide), tient ses promesses de pierre grise d'institution psychiâtrique pour fins de vie, et fait son boulot, à la fois religieux et hardcore. Bon doomanche à tous.

1 commentaire:

Serge a dit…

Merci, taulier, pour l'excursion !