samedi 6 avril 2013

Frustration, 5/4/13, le Mojomatic, Montpellier

Ou comment les vieilles vannes servies dans la semaine aux collègues qui ne pouvaient assister à cette tournée pour cause d'annonces trop tardives, ici ou dans le Nord-Est, se sont retournées la date venue contre leur auteur. Oui, on le suppute à présent : la frustration était bien présente ce soir. Le diable était comme a son accoutumée dans les détails et il me doit ce jour encore un peu plus de pognon.
Etait-ce un mauvais soir ? une mauvaise balance ? une mauvais fatigue dûe aux traquenards que sont nos boissons régionales, le pastis et le jack ? Ou bien jouent-ils toujours ainsi ? Frustration aujourd'hui avait juste pas assez de batterie, et - un comble - trop de basse, ou plutôt une basse pas assez définie, et juste l'infime manque de nerf qu'il ne fallait pas, le chanteur peinant à la poursuite de quelques rares fractions d'instant de rage sharp, les fameux sons de synthés qui vrillent la tête eux non plus pas assez définis finissant par tous ressembler, comme le signalait une oreille connaisseuse, à du mario-bros-core... Tout cela convergea à faire d'une musique dont le génie repose, on le saura encore plus douloureusement après cette séance, sur l'acuité, la nervosité et la sécheresse rythmique - ainsi que sur des nuances subtiles mais bien plus certaines sur leurs disques, et qui ici se perdaient presque totalement au profit d'une agréable mais longue bouillie d'hommages à Joy Division en mode sautillant mais rien qu'un poil mollasson, au point qu'on en venait à attendre et chérir précieusement leurs quelques non-tubes, les morceaux atypiques qui emportent moins la massive adhésion sur les albums et qui ici sortaient grands vainqueurs - leurs moments plus electro, ou plus franchement indie-pop - le nouveau morceau était au petit poil, dans le genre - ou encore, carrément et bien évidemment, un salutaire "Faster Faster" en fin de premier rappel.
A aborder avec méfiance et mesure la prochaine fois.

Aucun commentaire: