vendredi 17 mai 2013

Adult. : The Way Things Fall

Nous y voici, ceci devait arriver. J'ai un disque d'Adult.. Il suffisait qu'ils cessassent de s'escrimer à faire du tube à la froideur et l'ost-germanisme calibrés pour fashion-weaks, du revival scolaire  obséquieusement dédié à la frappe et l'efficacité à Paris, qu'ils assument un rien de désirs et de sentimentalisme - ô combien dévoyé - et tout soudain le tempérament, le toucher expert qu'on leur devinait, devient criant et manifeste.
Manifestement pas net, traîtreux, poisonneux, dégueulasse, ainsi que sont ces chansons au goût presque aussi amène que celui de la bile, mais juste dissimulé par une illusion de sucre, translucide, toute prête à s'envoler comme la vertu au premier coup de vent, qui faux-jeton lui aussi ne survient pas justement d'un coup, mais par petites saccades infimes, pour ne laisser peu à peu nue que cette amertume crue qui s'avance du fond de la gorge, sardoniquement évaporée, au fond avant tout indifférente, avec sa molle cruauté, et de clairs et nets moments de franche méchanceté, clairs et nets et doux ainsi qu'une lame parfaitement aiguisée et son usage sans état d'âme - je pense, bien entendu, après cette succession de fausses mélancolies smoggy soutenues par un faux tonus moderne, à "We will rest", aimable et rassurante comme une petite Roumaine croisée sur un trottoir. Vous vous rappelez, naturellement, cette vieille scie d'histoire sur la chute et l'atterrissage. Ceci est la façon dont les choses chutent, et "We will rest" est le nom de l'atterrissage.

Aucun commentaire: