mardi 14 mai 2013

The Child of Lov : The Child of Lov

Un bien joli son d'ouate moite titillée de trépidations et de couinis à la Outkast, un chant généralement fausset comme il va bien par les temps qui courent - Unkown Mortal Orchestra, Black Keys... Scissor Sisters ? - à couleur vintageysante et garante de soulfulness, quelques volutes d'encens ramené d'Orient - "Eugene's Lament", y es-tu ?... Non, sincèrement, très jolie tentative d'album de hip-hop aphrodisiaco-tragique en milieu opiacé. On aurait presque atteint le niveau du grand maître de la montagne, nommément Tha Last Meal, dont il faudra bien que je parle un jour et dont en attendant le présent billet servira de recommandation - pressante.
On me signalera que cela n'a rien à voir, gangsta, tout ça, mais que voulez-vous, si j'ai vu Scarface une bonne quarantaine de fois ce n'était ni pour les flingues ni pour la poudre...

Aucun commentaire: