vendredi 3 mai 2013

Vhöl : Vhöl

For fans of/file under : alchimie.
"La suite de Ludicra", a dit un de nos lecteurs.
Je ne saurais être plus en désaccord. Chacun voit évidemment midi à sa porte, et il y a dans le présent orchestre autant de VIP que d'instruments, mais qui d'autre, sérieusement, que ce volcan de fleur d'oranger de Mike Scheidt, pouvait-il pondre cet album incandescent et hystérique de beauté ascensionnelle ? Cette manière d'anti-Absu en miroir dont l'avalanche d'orcs furibards serait remplacée par la même sainte fureur mais portée sur les ailes d'aussi pieux que longilignes templiers nimbés de lumière blanche ? Cet aller-simple pour le soleil qui t'est donné à vivre depuis la meilleure place : le cœur porté à blanc du réacteur de la fusée ? Vhöl aveugle et liquéfie, pour refaçonner son auditeur à sa convenance, à son extra-terrestre semblance taillée pour les fougueuses chevauchées à travers les cieux de mercure pâle et de toute-puissance gazeuse, et pour sa trajectoire non euclidienne futuriste et dionysiaque, mytholgiquement aussi endiablée qu'un Riitiir orchestré par une Jex Thoth à califourchon sur Proscriptor McGovern. "Insane with Faith", et tout est dit. C'est encore bien plus splendide, clair et enivrant que tout ce que je saurai jamais dire. La preuve radiochimiquement turgescente que ça fonctionne dans les deux sens : autant des disques tels que les derniers Merrimack et Aosoth peuvent me scier les pattes par la façon dont ils jouent une musique si loin détachée du rock, autant il peut me foutre par terre ici d'éprouver combien il est bon de jouer du Liturgy mais en y réinjectant du putain de feu rock surgi des lombes de l'histoire ! Non, vraiment, à part Mike Scheidt...

Aucun commentaire: