dimanche 30 juin 2013

Klaus Schulze : Cyborg


Membre d’une synarchie opaque et cadenassée, dissimulé derrière d’inextricables réseaux, retranché dans sa tour d’ivoire, le Cyborg de Schulze n’a rien d’un glorieux surhomme. Asservissement économique, assujettissement politique, armée d’hommes de pailles, il n’a ni visage ni existence médiatique mais tient le monde en laisse; c’est l’ultime vainqueur de la course à l’échalote, celui qui a décroché la queue du Mickey. Fin de l’Histoire, merci d’avoir participé.
Il observe, par caméras interposées, les jeux des enfants d’une école. Le rouquin bagarreur, le binoclard pleurnicheur; foire d’empoigne et cannibalisme latent, toute cette vitalité anarchique qui viendra se fondre dans le troupeau des humbles, se mouler un masque pour le théâtre du Grand-Guignol. La petite grosse empotée, là, c’est sa fille. Régulièrement il fait clandestinement substituer des échantillons de semence congelés dans les établissements spécialisés, suivre l’évolution de sa progéniture illégitime est à peu prés son seul loisir..
Chimie du sang sous servo-contrôle, des organes remplacés préventivement ou au fur et à mesure des dysfonctionnements biologiques par des polymères céramique, par de l’acier inoxydable, par Dieu-sait-quoi; toute une ingénierie médicale dédiée lui a permis d’atteindre un âge insensé de patriarche biblique. Pas de rejets de greffe mais les vestiges de son corps d’origine s'indignent en une symphonie cénesthésique qu’aucun anxiolytique n’étouffe. La conscience en pointillée, il s’efface progressivement. Ses neurones éclatent en bouquets de lumières furtives. Il finira gâteux jusqu'à l’os, il le sait et ça le rend mélancolique.
Le Cyborg de Schulze écrasera le destin de ma descendance. Il s’assemble maintenant, quelque part, découpe méthodique inversée d’un animal de boucherie. Si d’aventure je le croise, je le bute. Le Dr Fenouillet n’y voit pas d’inconvénients.

Aucun commentaire: