lundi 10 juin 2013

Slava : Raw Solutions

Peu importe comment les connoisseurs - allez, soyons pas de mauvaise foi pour une fois : ceux qui ont pas décroché de l'histoire dance en marche, et qui savent à quel fourmillement renvoient des termes tels que juke - ce dont il s'agit c'est de la house selon mes rêves, manifestement intacts malgré les années d'abstinence : tendue à souhait du nœud spirituel, ses beats tout brisés voire rompus sous l'amoureuse caresse de la cravache, ses nappes et ses cotonnosités vocales toutes grelottantes d'extase, dit en termes plus triviaux c'est l'accouplement de Fetisch Park et Carla Subito, de leur étrangeté de chair, avec le UK garage - il est donc toujours vivant et cela me fait chaud au cœur - et sa lubricité soul futuriste, sa palpitation sans répit, engourdissante de plaisir, encore enflée en syncopes par ces modernes nodosités abstract-reggae-bambaataa-crunk - rassurez-vous, cela aussi doit porter un nom homologué dans le monde réel - pour venir rappeler avec régularité que l'extase n'est pas que stase et disloquer le corps avec une grâce surnaturelle ; et une fois que vous aurez entendu "Girl like me", c'est l'esprit que vous aurez de disloqué, et vous ne pourrez plus vous arrêter d'y plonger, hagard, égaré, bienheureux.

Aucun commentaire: