lundi 15 juillet 2013

[ówt krì] : The New Seed

La troisième fourberie dans la série de promos proposés à votre serviteur par Alrealon. Peut-être en fait plutôt la première, chronologiquement, ce qui explique encore moins comment j'ai pu accepter - vous avez vu un peu l'illustration, sans même parler du nom du "groupe", que je ne sais pas qui ça aguiche mais certainement pas moi ? Et pourtant l'écoute même distraite et de survol convainc instantanément de suivre la chose, puisque chose il y a - quant à savoir quoi, ce m'est toujours aussi nébuleux, le terme paraît à propos, et malaisé aujourd'hui.
Quelque chose d'intangible, translucide, non précisément imputable, mais quelque chose de définitivement lynchien, dans ces raps paranormalement cryptiques, dans ces psalmodies de poule furibonde, ces pianos sensiblo-cafardeux aqueux qui semblent rescapés de la période où Trent savait en jouer - mais il aurait été embauché dans Download - dans ces nappes de corrosion synthétiques, ces râclements aériens, ces cocktails de Javel et de Marie Brizard dignes des plus oniriques et dégénératifs épigones de Skinny Puppy... Et c'est, encore une fois avec Alrealon, une dimension extra-terrestre, une grotte infinie qui ici se déploie de ladite graine en une corolle de la taille d'un point et qui gobe toute réalité, et vous aspire dans son environnement liquide et languide, dont les mols courants s'avèrent redoutablement aiguisés et, pour rester dans le ton, aussi indolores qu'un coup de rasoir sous l'eau, procurant mêmes liberté et légèreté - et de continuer l'ascension, sens dessus-dessous, à l'allure d'une fusée d'artifice pseudo-isolée, d'un bathyscaphe en toile d'araignée, dans la solitude d'une graine. Perplexe, je vous ai dit. Perplexe, en éveil, et en attente.

Aucun commentaire: