dimanche 29 septembre 2013

202 Project, Jessica 93, Tropical Horses, 27/09/13, Chez Bastien, Montreuil

Tropical Horses : garagesurf indus, oui Madame, on pense à Binaire du tout début (que de coincidences décidément environnent toujours monsieur Jean-Pierre Panik...), on pense à Monsieur le Directeur, on est un peu en mal de balises pour situer toute cette hirsute et éblouissante fureur, mais on prend une saisissante et vivifiante petite gifle qui commence bien la soirée (nous avons loupé le premier groupe)

Jessica 93 : comme je suis de nature naïve et indulgente, et toujours prêt à me changer en bon public, j'aime à dire que The Soft Moon seraient probablement très bons s'ils choisissaient de faire des morceaux plus longs.
Peut-être pas, après tout.

Mon estimé compère Le Moignon me confie qu'il ne comprend pas, quoiqu'il aime ce qu'il entend, la qualification en cold wave. Je ne peux qu'abonder, puisque le premier mot qui me vient serait plutôt : tiédasse.

202 Project : je m'étais fait un principe, l'autre fois, de ne pas relayer les propos indélicats que j'avais entendus sur une prétendue ressemblance entre lui et la demoiselle ci-dessus. Mais puisque cette fois-ci les circonstances les confrontent et ne me donnent pas le choix que de rapprocher les torchons et les serviettes, allons-y pour constater toute la différence qu'il y a entre un gugusse qui laisse couler de lui brute toute la béatitude ahurie où le plongent des riffs et des filandres qui le font décoller depuis des années que je lui souhaite longues, sinon vigoureuses - et le patron, ici à la barre, qui a digéré, assimilé, métabolisé toutes ses influences, penchants et vibrations ; et nous délivre, une fois encore, l'alliage solaire du malaise industriel cold wave et de l'élégance blues. Une matière qui est à lui et à personne d'autre.
Magistral, oui Monsieur. J'ai distinctement entendu quelques joues fessées avec verdeur parmi mes compères parisiens, et j'ai eu presque aussi mal que quinze jours avant.

Aucun commentaire: