mercredi 4 septembre 2013

Hungry Like Rakovitz : The Cross is not Enough

Je revois le ravissement et la jubilation dans lesquels ils ont plongé le public du Yell Fest. Je revois en particulier le regard illuminé et un peu hanté de mon compère fan de power electronics et de grind à l'épreuve de leurs découpages de morceaux. Je vois cette pochette, ce nom de groupe. Je vois l'échec que j'ai rencontré au moment de décrire leur conception non pareille de la cadence, du rythme, leur façon de hacher et étirer le tissu des événements, avec une prestesse de funambule éméché, leurs riffs qui surfent sur la texture du moment avec hardiesse, ne le déchirant jamais qu'à dessein. Je vois le libellé qui me pend au nez, celui d'un produit dont en teknival les Italiens précisément sont le second synonyme de présence juste après les Anglais, et qui a le même type de pouvoir liquide sur le réel. Je vois la difficulté de parler de ce disque comme d'un disque, quand il a toutes les propriétés d'un état de conscience.
Je ne vois qu'une évidence, qu'une explication : ce hardcore-ci n'est pas de cette planète-là.

Aucun commentaire: