mardi 10 septembre 2013

Watain : The Wild Hunt

Attention ne clignez pas des yeux, parce que ça ne va pas durer longtemps : je vais tâcher de faire ça sans m'attarder avant que la bile ne monte et les babines ne se retroussent - car que voulez-vous, on ne peut pas juste blacklister tout l'internet, et j'en ai déjà trop lu d'impayables sur The Wild Hunt.
Alors : il paraît que c'est du Dissection, seulement en moins bien. C'est donc très logique après tout, moi qui ai toujours trouvé Dissection à chier, et pour qui le seul album envisageable de Watain est Sworn to the Dark - que je trouve la présente chose rigoureusement formidable, splendide, merveilleuse, féérique, avec ses délicates fragrances de Judas Priest et de Danzig, ses couloirs et ses chambres raffinées, que je le bombarde céans étincelant, liquoreux, romantique et débauché ; juste un peu en-dessous de Satyricon ci-dessous, et encore.
Mais que voulez-vous, on vient chacun de quelque part comme disait Maxime Le Forestier, et moi je ne suis pas né en hard rock à l'époque de Slipknot (ce n'est pas un jugement : j'ai fini par me mettre à Slipknot plus tard), mais d'Appetite for Destruction. Et d'Use your Illusions I.

2 commentaires:

BackstaBut a dit…

Je ne suis pas d'accord. Je proteste. *proteste*

gulo gulo a dit…

Tu es vexé à cause de Slipknot.