mercredi 11 décembre 2013

The Impalers : Self Titled


Je ne sais pas chez vous, mais ici les studs and spikes sont définitivement passés dans le domaine public, moultes jeunes et jolies princesses de mercerie personnalisent à qui mieux mieux bottines, vestes et sacs à main. Les playlists de leurs iPôds m’intriguent… je soupçonne leurs contenus de sérieusement trancher avec l’audacieuse coquetterie vestimentaire de leurs propriétaires… ça me chagrine car enfin, pourquoi ne s’encanailler qu’à moitié ?… alors si l’une de ces victimes de la mode tombe sur ces lignes, je me permets de lui recommander ce skeud (idée shopping !) car oui, j’aime bien rendre service.
Tu aimes les clous ?
Tu aimes les pics ?
Tu aimeras les pieux : ils en veulent à ton fondement et viennent du Texas, les Impalers jouent un D-beat relativement frais, sans à-coups qui fouettent le sang ni rage excessive, après tout, pourquoi se casser l’tronc :  une voie délicieusement pâteuse, une lampée de Motörhead dans la pétroleuse, et ce p’tit solo-là qui tombe, sans faux-pli, juste quand tu l’attends… exactement, perspicace jeune pousse, c’est comme se gaver de croquembouches crème pâtissière avec du cambouis plein les doigts.
Les autres lecteurs éviteront ce disque à cause de titres comme "church bitch" parce que bon, quand on n’est pas joli, faut être poli.

Aucun commentaire: