mercredi 8 janvier 2014

Ignivomous : Contragenesis

Morbid Angel, qui ne sont pas gens à faire deux fois le même disque, n'ont donné qu'un seul Covenant. C'est ennuyeux, néanmoins ; mais heureusement il y a Contragenesis.
A ce point de ressemblance au palais, on peut juger que c'est scandaleux - ça devient du tir de très haute précision, pour viser aussi serré entre le susnommé et The Calling Depths, avec une sécheresse de frappe digne d'Angelcorpse - ou alors décider que faire un faux jumeau au fauve Covenant, c'est déjà carrément pas donné à tout le monde - en sus d'être toujours bien venu. Puis après tout Ignivomous n'a pas seulement un blase qui pète sa mère, il a également été doté d'une pochette bien plus accorte que l'Aîné. En outre, en terrain mormétal, faire penser à une légion Astartes bien précise est toujours bon signe. Excellent album Word Bearer, donc.
En revanche, et malgré un très solennel morceau de conclusion qui sublime les couleurs empyréennes de Contragenesis, il n'y aura toujours qu'un seul "God of Emptiness", et c'est très bien comme ça.

Aucun commentaire: