samedi 8 février 2014

His Electro Blue Voice : Ruthless Sperm

Gris, poli, maniéré, anachronique et suranné, je dégage la placidité rassurante du gendre idéal rêvé par toute abonnée au Figaro Madame. Par paresse ou par lâcheté  je n’assume pas le rôle traditionnellement dévolu au mâle dans le jeu de la séduction, je ne prends pas l’initiative, j’aime être la proie, l’objet du désir, j’aime quand c’est Grätel qui monte en selle. Gagné dès mon plus jeune âge par une aversion pathologique pour le travail assortie d'un désintérêt profond pour le monde moderne, mon destin se joue en marge de toute agitation imbécile, à l’ombre de bourgeoises généreuses, au crochet de rombières autoritaires et capricieuses, dans le luxe, le vice et l’oisiveté. Luis Mariano d’une opérette où se croisent bichons à poil frisé, époux bafoués et cocottes empaffées, mon existence s’écoule aux tic-tacs de montres molles. Canon à âme lisse pour qui souhaitent tirer quelques cartouches après le couvre feu, j’exécute sans pitié ma descendance contre les parois de cons décatis dans des râles d’outre-tombe, des rictus de goule et des cahots de bourrelets flasques. Éloge des femmes flétries ? Entre fleurs fanées et plastrons en satin baleiné, honnêtement, je me verrais bien tâter de la fesse fraiche…

Cannes, Biarritz, La Baule : combien de temps encore à fréquenter les salons de thé ?

Aucun commentaire: