vendredi 21 mars 2014

Planningtorock : All Love's Legal

On peut faire d'un disque revendicatif une OPA sur le cœur. Oui. Difficile d'ignorer, même sans être prévenu, que le ci-devant disque est un genre de manifeste queer, tant les paroles en sont intelligibles et programmatiques. Et pourtant...
Le namedropping me servira, ici comme en tous pareils cas, de pudeur, tant ce disque touche à vif, dans le même temps qu'il suggèrera le degré choquant de cette dite térébrance émotionnelle : le Hot Chip de One Life Stand, et ce que vous voulez de Talk Talk. Oui.
Si ça ne vous suffit pas, invitez Green Velvet et le futar de The Knife, s'ils veulent, mais qu'ils se tiennent, discrets ; et si ça ne vous suffit pas, imaginez une humide décharge d'électricité glacée, continue et qui tienne autant du peu que Peaches peut avoir de troublant, que d'un genre de Roger Nelson qui aurait égaré son esprit vers les faubourgs de Memphis.
Si ça ne vous suffit pas à frissonner d'anticipation, bien vous connaissez la chanson, mais honnêtement, ces couleurs ? Est-ce que cela se refuse ? Vous aurez également le droit, soyez-en informés, de songer fugacement à l'immarcescible Characters of Seduction, parce qu'on est bien en présence d'un de ces disques qui exigent, et procurent, la plus pure nudité. Oubliez tout le reste.

1 commentaire:

jean-jean a dit…

waow.....cte sensibilité d'antenne d'escargot, putain de pistil d'orchidée ! Jimmy sommerville c'est Jamey Jasta à côté....