jeudi 5 juin 2014

Jar'd Loose : Turns 13

Les espoirs qu'Årabrot avait fait naître et tués depuis longtemps... qu'ils renaissent. Devant cet excessivement acide blend de Pigs et d'Ultraphallus. Robotique et idiot à souhait, tel une transcription ploucarde et auto-satisfaite des partoches de prolétaire éduqué de Future of the Left. Indécemment maître en cet art si typiquement nosie-rock de ne riffer et rythmer que selon les plus draconiennes lois de la frustration et la déception, et de pourtant dégueuler d'un groove de bourreau survolté - être prurit autant que racloir, en somme - au milieu de quoi on te calera sans sourciller un chœur à la Breeders, avant d'enchaîner sur une virée pique-nique rurale chez les Jumbo's Killcrane. Où l'on continuera du reste à ne pas savoir sur quel pied danser - pour ne pas se le faire emporter par une mâchoire qui traîne - et de songer aux Pixies invités à une séance de tir au M16 au ranch de Steve Austin.
D'où très logiquement l'éruption du commentaire systématique devant tout vrai bon gros petit disque de noise-rock : "Il était temps, putain !"

Aucun commentaire: