vendredi 18 juillet 2014

Monarch! : Omens

C'est idiot, on n'a pas la note "mignon". D'ailleurs, on n'a pas de notes, ici, excusez, c'est les heures sup' sur Slow End.
Enfin, ça dépend : si on note Emilie, Omens est une de ses prestations les plus mémorablement figeantes, et figeamment mémorables aussi, au top Eurogirl, et le disque en est indispensable. Si l'on note les garçons, c'est... mignon.
Le disque a un peu le cul autant entre deux chaises que sa pochette qu'on dirait l’œuvre d'un de ces innombrables suceurs de Yann Black (je n'ai pas vérifié, si c'est Yann en personne ça ne fait que conforter mon propos), et qui vague entre le gribouillis infantile piaillard des débuts et la laconique maturité blessée du trait actuel - de Monarch!, s'entend.
Le morceau ambient central est pas mal du tout, la curée finale préfigure assez honorablement l'âpre majesté de Sabbracadaver, et pour "Blood Seeress" j'hésite entre embarrassant et embarrassé. Mais c'est Monarch!, donc le voudraient-ils qu'ils ne pourraient faire moins que ça : diaboliquement mignon.
Disque à écouter avec parcimonie si vous avez des penchants sensibles, ou simplement esthètes dans la collectionnite.

Aucun commentaire: