mardi 21 octobre 2014

Bild : OOBE

Influencés par Swans ? Bild l'est assurément. Ils peut d'ailleurs le porter fièrement, cet étendard, puisque du reste non content de poursuivre un brin la veine teintée de cabaret surréaliste proposée par Sigmund und sein Freund, il fait même mieux, bien mieux que le Swans récent, dans le genre concerné.
Ce que je discernais en germe dans les champs de maïs faulkneriens de My Father Will..., qui s'est éteint dans ceux d'après, ce qu'on voudrait tant voir poindre dans cette petite danse de la cigogne cintrée dont Michael Gira vous a certainement fait le coup pour peu que vous l'ayez vu récemment sur des planches dans son numéro de dictateur-farmer... est ici.
Pas besoin de tyran évangélisateur ici, ni de titanesque volume sonore, d'équerre au nano-dB près : Bild compense largement la frigide inutilité de tout ceci par une démence estivale bien plus riche en saveurs ambrées et brûlées, une violence plus libre et sensuelle (Gira ne se refera jamais), une aptitude naturelle merveilleuse au délire et au vol libre haletant dans les horizons poétiques et ensanglantés de l'hallucination. Tant qu'on est dans les plus brillants de rejetons d'un certain rock industriel, et dans les agrestes parmi eux, il y a du Brame chez Bild, dans sa simplicité, cette humilité au sens propre de qualité des gens liés à la terre, autant que dans cette capacité à la violence avec le cœur, et dans la tresse étroite et nerveuse qu'elles forment ensemble.
Le cœur, voilà bien de quoi il s'agit, puisque tout comme chez Brame c'est le seul endroit où se vit un film  qui ne se raconte pas mais vous embrasse, de plein fouet, à pleine bouche. Dès lors, évidemment, le blues tombé des étoiles de 202 Project est lui aussi dans l'air. Oui, voici dans quelle genre d'auguste compagnie on se trouve au milieu des acides enlacements de OOBE, et de leurs grisantes énigmes.
(Bref, et justement pour ne pas l'y ramener toujours, pas grand chose à voir avec Swans, eux qui sont aujourd'hui cette sorte de Nick Cave en encore plus pédant si seulement c'est possible.)

Aucun commentaire: