jeudi 4 décembre 2014

Cut Hands : Festival of the Dead

Ça fait seulement quinze ans que je l'attends. L'album qui prolongera sur à toute sa durée l'abominablement orgasmique transe robovodou du dantesque "Full Moon" de Delta Plan, et remettra le doigt, tout à loisir et à plaisir même, sur ce type de beat autoritaire, et de terror techno sautillante de marabout déchiré aux dissociatifs de contrebande ; ces rythmes qui traduisent Starfish Pool en éprouvante séance de tatouage traditionnel avec un petit burin en corne, ces nappes synthétiques qui vous disloquent le tissu cérébral ainsi qu'on file un collant...
Bref : ceux qui ont déjà entendu "Full Moon" comprendront la nocuité d'un disque qui aurait pu sortir chez Nova Zembla voire KK, et encore mettre presque tous ses collègues à l'amende - mis à part Fetisch Park, il n'y a pas vraiment beaucoup de contenders pour ce genre de clients... Les autres découvriront leur cauchemar. Le disque d'afro-sado techno qui rend fou. Marteau.

Aucun commentaire: