mercredi 11 février 2015

Ghoulgotha : The Deathmass Cloak

The Deathmass Cloak, c'est un peu - beaucoup - se réveiller au beau milieu de la nuit et allumer la lumière crue de son plafonnier dans l'intention ferme et plate d'établir formellement et de façon flagrante la certitude, qu'on a déjà, qu'il n'y a rien de plus anormal dans la pièce qu'une ombre inquiétante projetée par votre paletot en bouchon sur la chaise - et découvrir qu'il y a bel et bien un invité impromptu dont la face n'est qu'un monticule de poulpes accouplés à divers stades de flaccitude amoureuse et humanescente. En vérité on est ici bien plus ancré dans le lovecraftien que chez maint groupe se reposant sur la production et la prolifération de riffs au décibel carré pour amener ce qu'il convient de goût de vase dans la bouche, quand Ghoulgotha en dégueule dans chaque riff hideusement lisible, et n'était une propension sans doute excessive pour les tempos trottés, mériterait au titre de sa seule laideur de tous les instants une place honorifique sur ce fameux webzine dédié au doom et aux musiques psychédéliques : en vérité si l'expression Carnival Bizarre s'applique à un album de death metal, c'est celui-ci.

1 commentaire:

LANGOUSTE UH a dit…

Ouah comment tu donnes trop envie ! Je vais le retenter, parce qu'il m'avait pas laissé un bon souvenir.