mardi 17 février 2015

Sarpanitum : Blessed Be My Brothers...

Y a un truc qui est formidable avec le death metal : c'est l'un de ces genres (me demandez pas les autres, là comme ça hormis le doom j'en vois pas, je vais encore passer pour sectaire) où tu peux tomber sur des disques qui ne te laissent pas d'autre choix que de te dire : ÇA,  ce disque EST le death metal ; je veux dire  par là qu'il y en a plusieurs, de quoi satisfaire un solide appétit même, et qu'ils ont assez peu à voir ensemble - sorti du fait qu'ils SONT le death metal, et donc qu'ils sont du death metal, je veux dire. Regardez les derniers disques de Ghoulgotha, de Teitanblood, d'Obituary, de Grave Miasma, d'Incantation... On va s'arrêter là parce que je vais en oublier si j'essaie d'être complet, et que ça me fera chier. Pas envie d'éditer dix fois cet article.
Parce qu'il y a une chose qui est sûre et qui doit également être dite dedans, c'est que de toute évidence et sans conteste possible, sinon c'est que vous avez de la matière fécale dans le crâne, ceci n'est pas le death metal. Ceci est de la musique symphonique de merde, et que le sympho, vous aurez beau mettre black, grind, reggae, eurodance ou harshnoisewall derrière, ou appeler ça Angra, ce sera jamais rien d'autre que du sympho de merde. Ici, du death sympho-nintendo-surhomme ; ce qui a assez peu d'importance. C'est con, ce jaune était joli.

Aucun commentaire: