mardi 24 mars 2015

Torche : Restarter

Comment fait-on, lorsqu'on a pensé un brin sur-noter un disque ainsi qu'on lui voterait la confiance, après quelques écoutes seulement de fréquentation, et afin d'attirer un peu plus d'attention sur le pressentiment favorable où on le tenait, d'emblée... et qu'on s'aperçoit qu'on l'a en fait regrettablement sous-noté ? On patauge.
Alors voilà, c'est officiel : le post-hardcore et le metal alternatif, ces deux fringants adolescents des nineties, sont aujourd'hui des grandes personnes et ont enfin décidé d'avoir un moutard ; il est là, il a les yeux grands comme l'océan de sa maman Jane's Addiction sans le maquillage de travelo, et la douleur dedans ce jade pluvieux de Quicksand son papa, sans les crispations de mâchoire qui rendent ses mots hachés et sa démarche aussi.
Et le résultat est un grand disque. C'est comme je vous le dis. Chaque morceau sans exception, certains simplement plus gros que d'autres, est un petit bijou de new wave, tout scintillant de paillettes d'iode amère - et émaillée, à des endroits divers selon les morceaux de caillasse en question, de grosse veines de corde à vide qui pendouille plus mollement que le bide à Dimebag Darell et fissure nonchalamment le sol sur des longueurs autoroutières ; chacun de ces éléments est resplendissant, l'émotion new wave dont ils sont capables et le sous-accordage à rendre plus ridicule encore qu'elle ne l'est déjà devenue depuis longtemps la course générale au désaccordage ; la conjonction des deux est tout bonnement prodigieuse et bien avenue. Non pas parce que ce serait fou, taré, décalé, et autres conneries, je ne sais comment on dit au goût du jour. Mais parce que l'un et l'autre s'équilibrent parfaitement, se modèrent autant qu'ils se magnifient, en s'habillant mutuellement de céleste désinvolture et d'élégance aérienne, et que l'air de rien Restarter renvoie faire leurs gammes bien des groupes wave assermentés - Johnny Jewel peut se cacher, s'il n'a pas en magasin beaucoup mieux que ce qu'il a montré récemment. C'est une formule journalistique toute faite, c'est aussi une réalité : Torche vient de rejoindre la cour des grands.

Aucun commentaire: