dimanche 3 mai 2015

Weedeater : Goliathan

On va la jouer moche, celle-là, parce que lorsqu'un disque est vraiment beau, un article qui fait le beau à son sujet c'est presque toujours navrant, un jour ou l'autre - tandis que pour le disque, on l'attendra longtemps, ce jour-là.
Or donc, on l'a pas vu venir une seconde mais la question que personne ne se pose est réglée une bonne fois pour toutes, ça va faire drôle : le sludge, c'est Weedeater. Point. Y a pas plus true, et c'est le gospel truth. Doom fatalisme ? check. Punk hardcore ? check. Blues ? CHECK. Connerie ? check. Nihilisme oufguedin trop nique la vie rien à foutre de rien et même éventrer des putes crackées sur le bout de ma bite roulée dans les tessons de verre c'est trop tata pour moi ? Euh... vous êtes sérieux ? Vous avez bien vu cette pochette, que même High on Fire refuserait, et que Weedeater y a  répondu banco pour envelopper dedans ce qui constitue possiblement son meilleur album ? NON MAIS VOUS L'AVEZ BIEN VUE ? Quand je la vois, moi, je me dis que je suis pas assez sludge pour eux ; pas assez grossier envers toutes choses et en premier lieu la beauté.
Ce qui m'empêche pas d'essuyer la bave qui me dégouline sur le menton à flots généreux chaque fois que j'écoute le disque qui est dedans. Et de sourire. Sans fin.

Aucun commentaire: