samedi 22 août 2015

Askeregn : Monumenter

Imaginez une manière de black metal qui partage son temps - succint - entre punk - tracez une belle droite bien hachurée par la caillette et la misanthropie et qui relie Darkthrone à Ende - et moments d'amertume en suspension hallucinée dignes d'Ekpyrosis.
Transformez la chose en un disque qui est un concentré de sensation d'avoir une longue marche devant soi sous la pluie drue, pour une destination incertaine, les frusques qui prennent l'eau - et surtout les pompes ; le plus hallucinant avec Monumenter c'est avec quelle acuité il retranscrit la sensation des chaussettes trempées, des orteils gelés et des chaussettes qui pataugent sur la semelle qui se décolle. Et le décalage inconfortable, l'inadéquation dont cela contamine peu à peu toute perception de la réalité, du temps et de votre sort.
A sa manière, on fait difficilement plus black metal que ça. La pochette de la chose elle-même, peut-être ? si divinement pure de toute opérette à épaulettes - toujours plutôt anti-les-autres qu'anti-humanité - pour petite vendeuse d'allumettes. Ils sont Norvégiens, les jeunes mecs, et ça se sent. Le pays de Trelldom, d'Enslaved, d'Aldrahn, vous savez...
Mais jouer sur une corde et demi, ça aide aussi.

Aucun commentaire: