vendredi 14 août 2015

Jesus Cry Stalin : Democccrasp

Jesus Cry Stalin, comme son nom probablement l'indique, c'est du punk français. A ce stade, cependant, je me dois de dire le nom que j'ai en tête sans y avoir mon mot à dire, dès l'instant que je pense "punk français" : Void Paradigm. Les deux groupes n'ont pas grand chose d'autre à voir, vu que JCS ne jouent pas du metal et sont Parisiens - mais les deux restent du punk français, dans la même vision de la chose : caniveau, et lettres chevillées au scrotum. Une gouaille acide, sentant la pisse, et pourtant également une odeur d'aristocratie trouble et pénétrante, comme une cuite à l'Eau de Cologne.
JCS, eux, jouent, pour une fois que c'est pas moi qui le dis tu penses si on va se priver ! - du "crasse-goth". Je prends la référence à l'anarcho-gueux, et je prends évidemment le goth - toughgoth, pour être précis, ou thuggoth, les deux orthographes sont acceptées - dans le sens où, l'auditeur aura tôt fait de le découvrir, l'imagerie de cette pochette et de ce site ne sont pas juste là pour faire cool... On parle de punk rock médiéval germé dans les visions rabelaisiennes cauchemardesques d'une intoxication au goût de plantes d'apothicaire défroqué et d'aigre dégueulis, on parle de trousser une gueuse-squelette à figure d'épidémie, on parle de danse macabre sur les cendres rances de la fin du monde quotidienne... On parle d'une musique qui sent, qui exsude toutes sortes de phéromones bestiales musquées ; on parle d'une chose qui rapidement vous infecte le cerveau et vous obsède de ses comptines aux airs de figures mythologiques inquiétantes, déglinguées comme des vieilles guimbardes et qui pourtant foncent à tombeau ouvert sur les routes d'un nouvel âge d'obscurantisme post-mort de l'écosystème dont on ne revient qu'à regret, tant on s'y sent gaillard et tout bourré de vie.

Aucun commentaire: