lundi 18 janvier 2016

Tangorodrim : Defunct Pluto Mythology

Voici le type-même de black metal que j'espère - et ne trouve jamais - chaque fois que je vais écouter une énième fois Clandestine Blaze... et chaque fois que j'écoutais Tangorodrim jusqu'ici.
Un groupe sous l'emprise d'une totale - et bien compréhensible - adoration pour Darkthrone - ce qui les situe dans une catégorie légèrement différente de Furze, pour comparer à un autre exemple, proche, de cette espèce rare de disques qui ne déshonorent pas leur congenérité avec Darkthrone - et que pourtant cela n'empêche à aucun moment de se laisser aller à une rustique insanité plutôt réminiscente d'infectes choses intoxiquées aux champignons vénéneux et aux racines de sorcières, telles qu'Abscess, Ride for Revenge... Bref tout ce qu'il faut pour être à l'âpre hauteur de cette pochette Humanoïdes Associés, cette nationalité la même que Sonne Adam et ce nom celui de la forteresse de Morgoth-Melkor mais orthographié par un gobelin au cerveau rongé par ses vices. L'ambiance pouilleuse, miséreuse, désespérée, crépusculaire, hivernale, maudite et hallucinée du Silmarillion, voilà... version beumeu.
 .

DU PUTAIN DE BON DARKTHRONE, OUI. Non mais c'est sérieux, cette fin d'album, là ? Parce que je l'écoute, là, le machin, et je m'aperçois qu'à force de reporter l'écriture de ce billet, j'en ai oublié l'objet au moment du bilan de fin d'année et que c'est un tort flagrant. Du putain de Sardonic Wrath/Hate Them bien aux abois et prêt à tout, du putain de Dark Thrones & Black Flags en roue libre, du Transylvanian Hunger chanté en moldave de cuisine et congelé ; et tu remplaces toutes les flambées de joie NWOBHM au coin du feu de camp par des hallucinations terrifiantes façon Obliteration sur Black Death Horizon, au coin du froid - mais froid, mais froid... Bim. Manger de la neige, visiblement ça rend fou, et se le faire prouver par des Israëliens c'est pas rien.
Tu ramasses ton maxillaire inférieur qui s'est fendu en deux en tombant par terre, et tel Samson tu estourbis tes ennemis avec - tout le monde, sans merci ; c'est plus prudent.

Aucun commentaire: