samedi 18 juin 2016

202 Project, 16/06/16, Up & Down, Montpellier

Musicalement : ce n'est pas réel, ce que cet homme fait avec sa guitare,  et trois pauvres pédales en plus - quand on pense au tapis d'un Greg Chandler...
Vocalement - et physiquement - lunaire, pensez à Jacques Brel et Jimmy Scott, mais aperçus en train de grimper les contreforts de l' Anapurna, depuis plusieurs centaines de mètres de distance. Une exécution qui ressemble à une électrocution d'une lassitude infinie et sensuelle.
Binaire, Pornography, le blues, par moments presque une forme de Kill the Thrill de pèlerin famélique du désert septentrional  : on le sait. Si vous ne le savez pas, si vous n'avez toujours  pas au moins essayé de voir 202 Project en concert, votre vie est un large mais triste gâchis. Vous vous démerdez avec le reste. C'est qu'en plus ce fichu escogriffe par-dessus le marché vous vendrait des consoles d'enregistrements à lampe (la moitié de la Bretagne sous forme d'écoles désaffectées, aussi), et l'idée que sa musique n'est l'oeuvre que d'un gaga du son et du matos - modestie quand tu nous tiens... Le son de 202 Project est magique, ça ne se discute même pas, sacré foutu bandit d'alchimiste (en conclusion, il m'a refait l'hallucinant tour de l'autre fois, à m'avaler sans prévenir dans le trou noir le plus réconfortant et fœtal de l'univers)... mais ses chansons et sa voix, excusez !
Ne pense même pas une seconde à te demander ce qu'il fait sur une affiche avec Sink - en vérité ces deux machins-là sont bien les seuls à pouvoir se parler - et ne t'avise pas de la louper si elle passe près de chez toi.

2 commentaires:

Vilgato a dit…

Il n'est pas passé à moins de 300 bornes de chez moi.
La dernière fois qu'on a vu Binaire dans les parages, c'était il y a 10 ans...
"La ville du rock" qu'ils disent... on n'est peut-être pas d'accord sur la définition du terme...

gulo gulo a dit…

Quant à Binaire, ils passent de toutes manières pas tous les quatre matins, dans le Sud de l'Europe ; l'Allemagne les aime beaucoup, me suis-je laissé dire... Montpellier beaucoup moins, et ils le lui rendent bien du reste, je ne crois pas qu'ils aient déjà joué devant plus de dix personnes ici.
Mais clairement, ce fut un enchaînement dont je remercie les dieux, surtout que j'écoute la masse de punk ou de choses que je vois comme du punk, ces derniers temps.