dimanche 16 octobre 2016

Vermin Womb : Decline

Diocletian meets Weekend Nachos meets Brighter Death Now. Pas mal, avouons le, pour un groupe de grindcore, non ? Celui dont il est question pourrait fort vous rappeler la première fois que vous entendîtes Morbid Angel ; ou Fear Emtiness Despair ; ou les premiers CTTTOAFF ; ou Primitive Man. Vous avez saisi ? si non, le mot que je cherche à vous suggérer est : extrême. Pas très étonnant de voir le disque édité chez un grand fan de The Great City (je me répète ? tout de même pas ma faute si le gars est cohérent !).
Je ne vais pas tenter d'être original, puisque Vermin Womb suggère uniformément à tous ses auditeurs impitoyablement la même image : un torrent de boue, de merde radioactive, de vermine, d'immondice, de boyaux corrompus.
Est-on ici dans le post-grind ? Il est vrai que Vermin Womb possède quelque chose qui le met aussi bien sur un pied d'égalité avec Last Days of Humanity ou Gored, qu'avec toute la génération du blackened omnicore (oui, tout : jusqu'à l'absurdité de The Acacia Strain, que je retrouve ici par endroits) d'aujourd'hui - ou celle du dégueulmetal tout aussi bien - en même temps qu'il irradie par-dessus son nauséeux rythme spasmodique une lente pulsation de morbidité dont le seul parent proche en metal serait un certain MoRT - mais les vrais cousins à chercher, on l'a compris, du côté du death industrial et du power electronics ; en filigrane glacé de son inépuisable furie putride qui fait sans autre intervention de votre part les parallèles avec Impetuous Ritual, l'immobilité glacée de la mort, appuyée sur une faculté de tout l'ensemble à plonger dans les trous noirs dont on connaît peu d'équivalents hormis la voix de Lasse Pykkö, et aussi de faire de sa petite verdâtre palette de blasts une sordide symphonie de miasmes clapotants (ils sont au moins aussi volubiles que le dégradé de ternerie qui constitue le corps riffique du disque, et au moins aussi salubres).
Pas mal pour ce qui reste tout du long, n'en doutez pas un instant, un putain de disque de grindcore. Rien à voir avec un truc pour séance de fitness comme Nails, s'il faut être clair.

Aucun commentaire: