dimanche 16 avril 2017

Peaches : Rub

Tic-tac
Tic-tac
J’ai cru subir à mon tour
Du temps qui court
Le cruel Diktat,
Soupçonné nourriture trop riche
Logement sous chauffé
J’ai faillit, pour tout dire, consulter

Mais voici déjà, glorieux, son retour
À chaque pointe du jour
À chaque aube nouvelle
Admirez, damoiselle
Observez bien, gentille
Regardez, là : béquille,
Demi-tour : chapiteau !

dimanche 2 avril 2017

Ho99o9 : Horrors of 1999

Évidemment, que Food for Animals, Rubberoom, le Dälek abrasif d'Absence, le Bigg Jus anxieux de Machines that Make Civilization Fun, évidemment que c'est là la famille de Horrors of 1999, que c'est avec ceux là que je range physiquement le disque et que niveau évocation et tableaux il y aurait moyen rien qu'avec eux de brosser un beau cauchemar post-nucléaire. Peut être même qu'il y manquerait un rien de Death Grips, aussi.
N'empêche que : Gravediggaz, Haus Arafna, Black Flag. Voilà qui à mon sens donne une image bien plus vive de l'expérience que procure cet expéditif et néanmoins aussi immersif que saisissant petit disque.
On en profitera d'autant plus voracement, que l'on ne sait si cela va durer avec l'album à venir bientôt, dont le morceau lancé en guise d'apéritif, pour ce que le procédé vaut, semble augurer une envie d'aller chercher ce qu'il y avait de plus fédérateur dans Absence - notez bien que ce n'est pas antagoniste avec ce qu'il y a de punk chez Black Flag.

samedi 1 avril 2017

Unearthly Trance : Stalking the Ghost

En fait, Unearthly Trance c'est un peu, pour simplifier le fatras de références habituel, Verdun en version fans de Motörhead, ou disons, d'Uns...
OH MON DIEU.
NYC, trio, têtes de chauffeurs-livreurs à casquette, sans histoire, le regard un peu hanté, nom qui commence par U... Comment n'ai-je pas percuté avant ?
Stalking the Ghost est un disque de doom, oui, limite tradi, et noyauté par les lignes de basse de caniveau à la Unsane. Pas comme V qui, de la part d'un groupe notablement fils de Neurosis, allait chercher directement à la source l'héritage des Swans, qui sont les parents de Neurosis, pour faire de Swans un groupe de hardcore new-yo...
OH MON DIEU.
Swans, Signorelli... Ajoutez Ted Parsons qui a joué pour les Swans et Godflesh... Vous l'avez, le tableau général ? Il est beau, pas vrai ?
Bref : vous faites comme bibi, vous vous prenez Stalking the Ghost, qui est vachement bien, et après si vous avez un tant soit peu de temps devant vous, vous devriez en toute logique finir par réécouter toute la discographie de ce groupe, qui est bon comme le bon pain ; quand vous ferez une pause entre deux disques, vous irez ajouter le groupe à la liste très sélective de ceux dont un certain nombre d'albums sont le meilleur album.