mercredi 11 octobre 2017

Hexis : XI

Là, en revanche, en prenant l'histoire à rebours, c'est l'album de trop ; l'impasse ; heureusement, du coup, que ce dernier état est normal puisque c'est le début, hein ?
Bref, XI est tout ce qu'on pouvait craindre d'un début et d'un groupe qui ne s'est pas encore totalement trouvé : grevé par la capacité à douter, l'exécution tributaire de muscles et donc susceptible de fatigue, imprécision, hésitation, voire souplesse, voire états d'âme... En somme, XI est aussi trop-humain qu'on le craignait bien un peu, pour être honnête.
Il est, par le fait, également une autre chose que l'on craignait : du hardcore dark ; au lieu que d'être l’œuvre ce groupe de black metal qu'Hexis deviendra, dont le passé  hardcore lui permet de prouver que du moment où tu passes tout ton morceau en blastbeat et/ou en double-pédale, tout ce qui le fait dépasser les deux minutes n'est que passementerie, brandebourgs, épaulettes, sabretaches, glands, pompons et autres frangettes dorées.

Aucun commentaire: