mercredi 3 janvier 2018

Esoteric : Epistemological Despondency

Après la démo, qui présentait les racines d'Esoteric, le premier album, qui nous présente, ma foi, tout ce qu'est Esoteric, mais en vrac : death industrial tirant sur l'ambient pure, space rock dédié aux longs moments de croisière sans rien à signaler d'autre que les infinies nuances du noir et du vide entre deux galaxies tout aussi rigoureusement inhabitées l'une que l'autre, en attendant la prochaine qui elle, hélas, le sera, habitée, d'une nouvelle forme de vie inouïe à en précipiter la raison au fin fond des tréfonds de la démence - bref : space rock ambient, un peu de death metal... On pense aux débuts de Bolt Thrower et leurs propres hésitations entre grind-crust et mid-tempo à venir, à Godflesh aussi pour les mêmes joviales incertitudes de prédilection, qui du coup ne choisissent pas, on entend même, probablement pour la dernière fois, les racines Black Sabbath de tout le merdier, à travers des guitares qui évoquent le Wizard des tout débuts, ou bien encore une fois, par le caractère bordélique et erratique du tout, ceux d'Eyehategod, de débuts, et la totalité de la carrière de dISEMBOWELMENT...
Et - vous en déduirez ce que vous voudrez sur mon état mental - j'y trouve tout au moins autant de charme qu'aux albums à suivre d'Esoteric, et puis d'ailleurs l'on pourrait même mener des arguties sur le fait que le naïf bazar en question soit plus approprié, au fond, à la musique d'Esoteric, laquelle après tout parle du plus cataclysmique dérèglement des sens et de la rationnalité - ce qui est sa composante majeure, à côté d'une autre, qu'on entend certes poindre ici ou là, entre les interminables moments d'interstellaire désorientation et de doucereuse nausée cosmique, sur ce premier album, mais qui finira surtout par prendre le dessus sur le septième, à savoir le visage "doom anglais de pleureuse" du groupe.
Les prémices d'un style ? Certainement pas, non ; un style déjà en soi, parfaitement accompli dans sa confusion constitutive ; après quoi il se mettra peu à peu en scène, et à mesure s'acheminera vers autre chose - mais s'acheminer est également dans sa nature.

Aucun commentaire: