mercredi 13 juin 2018

Funeral Mist : Hekatomb

On pourra avoir les aussi longs et sûrement passionnants débats qu'on veut à base de "Maranatha bis", "Maranatha II", les attentes et les subséquents "pouvait-il faire autrement que décevoir ?"... Dieu bénisse.
Quant à moi je sais une chose pour certaine : lorsqu'on est l'auteur de Maranatha, lorsqu'on est capable de cette extravagance-là, on se verra difficilement pardonner pareille courtaude stature que celle dans laquelle croit fanfaronner Hekatomb. "Plat", "petit bras" et tous leurs corollaires : fourbissez les, ils sont de mise, assortis de l'adverbe "redoutablement". Lorsque je veux écouter un album de beumeu rock, épais, maussade et décapsuleur de taupes, j'ai Khold, merci ; et lorsque je veux écouter des brutasses qui rêvent de décadence, j'écoute un Marduk avec leur nouveau chanteur, là, le type un peu loufdingue, j'ai mangé son nom... Pas ce Maranatha re-carrossé chez BMW.
Et je n'ai qu'un mot à dire pour clore vos débats passionnants : Dodheimsgard.

Maintenant, que les amateurs authentiques de black metal disposent de ce disque ; quant à moi, Funeral Mist ne m'intéressait pas parce qu'il était auteur de disques de black metal de sa profession.

Aucun commentaire: