jeudi 30 août 2018

Vive la Void : Vive la Void

Figurez vous que Vive la Void, avec son nom qui fleure bon la dépression joyeuse, avec la même douceur que l'accent dans lequel on est obligé de l'entendre prononcé, ce milk-shake, facile comme un lait-menthe mais nonobstant toujours prêt à vous filer un déplaisant coup de fréon dans les sinus, mêlant de subtils (au sens chimique) arômes de Carpenter, Vangelis, Lynch, résultant en une manière de voyage en aéroglisseur psychique semblant propulsé par une version krautechno des Chromatics... est mon "disque qui s'écoute tout seul à n'importe quel moment et quel endroit" de ces derniers temps.
Il s'est glissé à cette place tout en douceur, sans donner aucun moment l'envie de faire des Phrases à son endroit, d'en faire un phénomène ou du sensationnalisme - car il n'est que pure sensation, et une infiniment douce, immédiatement familière, une glaciale bienveillance qui précède les mots ; ne nécessitant pas pour être apprécié de se donner aucunes raisons.
On ne va donc pas le mettre dans l'embarras plus longtemps.

Aucun commentaire: