samedi 13 octobre 2018

Exploded View : Obey

Davantage que les notes de dégustation que l'on pourra faire - Cercueil, Kas Product, Andrew Weatherall, Adult. et Haus Arafna pour se cantonner à peu près au plus saillant - ce qui dira le mieux ce qu'est cet Obey, c'est qu'après Magus, Vive la Void, la réédition de la bande originale d'Eraserhead et la prochaine parution d'un album de Thought Gang, le disque d'Exploded View achève, de la splendide et brumeuse façon qui convient, de faire de Sacred Bones les dépositaires musicaux de l'esprit David Lynch.
Ou plus précisément de ses toxiques héroïnes, et leur inimitable mariage de l'eau de rose la plus sucrée et délayée, avec le vinaigre le plus létal ; tant où Vive la Void semble dérouler les horizons parfaits pour de ces dernières les rêves chloroformés et les hallucinations à l'eau de Cologne, Exploded View (que de V's, dites, comme dans ?) paraissent, quant à eux, distiller pile le genre de shoegaze-nowave-a-billy (le mélange de Nancy Sinatra et d'industriel au cimetière, si vous préférez) qu'il faut pour le genre de rades clandestins, illégaux sur plusieurs plans y compris métaphysiques à la fois, où les mêmes sirènes aiment à passer leurs nuits dévergondées incognito, pour y plier encore un peu plus les inconscients offerts, à ses palpitations montant du fond du gouffre... et y faire souffler un vent un rien plus glacé qu'à l'accoutumée.

Aucun commentaire: